La photographie au temps de l’École de Nancy

Parmi les artistes de l’École de Nancy, plusieurs se sont essayés à la photographie : Émile Gallé, Charles Fridrich, Victor Prouvé ou encore Henri Bergé.

Les fonds photographiques conservés s’avèrent assez classiques dans leurs sujets. Certains clichés sont liés à la sphère privée : photographies de famille, vues de Nancy ou prises lors de voyages. D’autres documentent le processus de création au sein des manufactures (clichés de plantes, d’insectes, de modèles, etc) ou les modes de diffusion des œuvres produites (photographies promotionnelles, vues de stands d’exposition). Enfin, de nombreuses épreuves reproduisent les entreprises ou les artistes et leurs collaborateurs au travail.

L’entrée de ces fonds dans les collections municipales est assez récente et est surtout due à la générosité des descendants d’artistes qui ont donné ces fonds documentaires, à partir des années 1980.

Le fonds photographique Gallé rassemble plus de 210 épreuves. Ces dernières représentent l’usine d’art, les différents ateliers et collaborateurs au travail mais également la famille et la maison de l’artiste. Un autre ensemble réunit des photographies de plantes qui ont certainement  joué un rôle documentaire lors de l’exécution de certaines pièces.

D’autres tirages et albums de famille permettent de mieux connaître certains acteurs de l’École de Nancy tels Victor Prouvé, Louis Majorelle et Charles Fridrich, permettant de faire des rapprochements avec leurs créations. Ainsi l’album de famille de Jacques Majorelle révèle-t-il les intérieurs de la Villa Majorelle, les clichés des enfants de Victor Prouvé ont quant à eux donné vie à plusieurs statuettes en grès.

Pour des raisons de conservation, ces photographies ne sont pas exposées dans le musée mais elles sont régulièrement présentées à l’occasion d’expositions ou d’actions de médiation. Le musée conserve surtout des plaques photographiques qui nécessitent un tirage papier avant présentation.