Du à

Galerie Poirel

Musée de l'Ecole de Nancy

Jacques Gruber et l'Art nouveau. Un parcours décoratif

La première exposition d’envergure consacrée à l’œuvre de Jacques Gruber au temps de l’Art nouveau, présentée dans la galerie Poirel.

Jacques Gruber (1870-1936) appartient à la seconde génération des artistes qui forment l’École de Nancy. Gallé, Majorelle, les frères Daum ou Prouvé sont déjà bien connus sur la scène de l’avant-garde artistique, quand Jacques Gruber revient à Nancy en 1893 après ses études à l’École des Beaux Arts de Paris, dans les ateliers de Pierre Victor Galland et de Gustave Moreau.

Avant de se consacrer de plus en plus au vitrail à partir de 1896-1898, Gruber exprime la vigueur et l’inventivité de son style dans des domaines très variés. Il réalise par exemple un très large corpus d’œuvres graphiques telles qu’affiches, menus et imprimés, où l’on voit fréquemment s’exprimer son goût pour des références troubadour et auxquelles s’ajoutent des peintures et des pastels qu’il expose chaque année au Salon de la Société Lorraine des Amis des Arts. Les projets réalisés avec René Wiener témoignent également de son intérêt pour la reliure d’art, tels que ces « Racontars illustrés d’un vieux collectionneur ».

Entre 1893 et 1897, il collabore avec la manufacture Daum en tant que dessinateur et crée des modèles de vases, en particulier les pièces hors série destinées aux expositions. Dans les années 1904-1905, Gruber collabore avec la manufacture de Rambervillers pour des modèles de pièces de forme et de céramique architecturale en grès. Pied de lampe, vase cache-pot, porte parapluie déclinent la science des formes en mouvement qui fait le propre du style Gruber. Mais c’est bien en tant que maître-verrier, spécialisé dans le vitrail que Jacques Gruber connaît la véritable reconnaissance critique.

Pour illustrer cette partie capitale de l’œuvre de l’artiste, le musée de l’École de Nancy a engagé une vaste campagne de restauration de plusieurs verrières conservées dans ses réserves depuis leur démontage. La plupart n’avaient jamais été montrées au public. Avec comme thème de prédilection le monde végétal, Gruber créé des ensembles où la composition savante rivalise avec l’excellence des techniques mises en œuvre.

La Première Guerre Mondiale pousse Gruber à s’établir à Paris, où débute pour lui la seconde partie de sa carrière, uniquement consacrée au vitrail. L’exposition se termine sur des exemples de vitraux des années 1920, qui viennent clôturer un parcours hors norme, d’une grande richesse et diversité.

Au total, ce sont plus de 150 oeuvres majeures de l’artiste, conservées au musée de l’École de Nancy, au musée des Beaux-Arts, au palais des ducs de Lorraine - Musée lorrain ou empruntées à des collections publiques et privées, françaises et étrangères (Virginia museum of fine arts, USA, musée des arts décoratifs, musée d’Orsay, Paris, musées royaux d’art et d’histoire, Bruxelles).

Commissaire : Valérie Thomas, directrice du musée de l'École de Nancy, assistée de Nadège Speyer.

Catalogue publié aux éditions Gallimard.

Situer